Folie du copyright : Amazon Kindle

Amazon a décidé, un jour, de retirer de son offre de livres électronique deux bouquins d’Orwell — Ninteen Eighty-Four et Animal Farm. Soit. Il est étrange qu’après tant d’années ces livres fassent encore l’objet de tractations commerciales sous le couvert de l’arnaque du Copyright. Mais sur ce plan, je comprends qu’il y ait divergence d’opinion et de toute manières, le consommateurd’information moyen commence à être habitué d’être pris pour un portefeuille.

Seulement voilà: les clients qui avaient déjà acheté les livres les ont vus soudainement disparaître de la mémoire de leur Kindle… Démonstration puissante du peu de contrôle restant au consommateur. Au contraire, l’utilisateur de ce type de dispositif — plus près de la télé que de l’ordinateur — redevient le serf du distributeur de contenu.

Moi qui considérait l’achat d’un Kindle… Ironique, tout de même, de se faire réveiller par Orwell!

A propos S. Leman-Langlois

Titulaire, Chaire de recherche du Canada en surveillance et construction sociale du risque
Cet article, publié dans qui sont les pirates?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s