Terrorisme, Obama, Harper et l’Afghanistan

Que fait-on en Afghanistan? Selon Messieurs Obama et Harper, nous y combattons le terrorisme. Pourquoi en Afghanistan? Parce que le terrorisme qui s’y prépare nous menace directement. Toutes ces affirmations reposent pourtant sur des bases erronées.

  1. Les troupes canadiennes et autres, en Afghanistan, ne combattent pas des terroristes, al Qaïda ou autres. Elles combattent 10’000 troupes irrégulières appartenant au groupe éclaté auquel nous nous référons sous le vocable de «Talibans». Or, bien qu’ayant été alliés et complices de la haute direction d’al Qaïda à un moment spécifique de son histoire (de 1996, capture de Kaboul, à 2001, dégommée imposée par la coalition), il est fantaisiste de prétendre combattre al Qaïda en s’attaquant à leurs alliés d’autrefois.
  2. Le Taliban menace-t-il l’Occident? Pour le croire, il faut accepter un scénario entièrement hypothétique, qui voudrait que leur éventuel retour au pouvoir entraînerait nécessairement une répétition de l’histoire et le retour de bases terroristes internationales comme à la fin des années 1990.
  3. Il y a bien sûr des actes terroristes en Afghanistan… mais ce ne sont pas des actes de terrorisme international. Ils résultent plutôt de tensions internes à un pays qui est extrêmement mal compris par les occidentaux (moi le premier). Une chose est certaine: alors que la masse des Afghans observent l’Occident dans sa mission de protection d’un régime corrompu, illégitime et totalement inefficace, ils ne peuvent que conclure que le choix de la faction du jour est dû au jeu de la force et des intérêts immédiats.
  4. Depuis 2001 les actes de terrorisme international sont en chute libre et ne représentent plus qu’une infime partie de la catégorie terrorisme. Presque tous ceux qui se réclament d’al Qaïda n’ont aucun lien avec l’ancienne organisation et sont des individus qui ont des griefs locaux. Ils ne sont pas basés en Afghanistan, la plupart ne savent pas où se trouve le pays sur une carte.
  5. Ce qui reste d’al Qaïda a depuis longtemps plié bagage et élu nouveau domicile. Le Pakistan, avec son gouvernement ultra faible, s’est révélé un havre de choix. La Somalie, où aucun gouvernement n’existe, est encore meilleure.
  6. Le terrorisme n’est pas une cible militaire, c’est un problème policier. Aucune force militaire ne viendra jamais à bout de petits groupes éparpillés, paysans un jour et terroristes le suivant, sans organisation détectable et vivant dans un pays où les armes et les explosifs abondent (à Kaboul on achète un lanceur de grenades pour 10$). C’est rigoureusement impossible et il n’existe aucun exemple historique où une telle stratégie a fonctionné.
  7. Dans la mesure où les troupes canadiennes se frottent à un ennemi coriace et accusent des pertes extrêmement lourdes, c’est non pas qu’elles ont pour opposant un groupe terroriste puissant, mais bien qu’elles ont été engagées dans une guerre civile pour des raisons qui sont entièrement isolées de la réalité qui a causé cette guerre au départ (et qui ont à voir avec la politique interne du Canada et ses relations avec les États Unis et ses autres partenaires internationaux). C’est un jeu où rien ne peut être gagné.

A propos S. Leman-Langlois

Titulaire, Chaire de recherche du Canada en surveillance et construction sociale du risque
Cet article, publié dans ÉU, forces armées, Mégacrime, Renseignement, Sécurité, terrorisme, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Terrorisme, Obama, Harper et l’Afghanistan

  1. Gabriel dit :

    Post intéressant. Je conseille pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur la « genèse » du conflit le documentaire de la BBC de Adam Curtis, The Power of Nightmares. Ça vaut le détour définitivement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s