Fatwa contre les scanners corporels (!!)

Une fatwa a été édictée hier contre les scanners à onde milimétrique que plusieurs pays ont décidé d’installer dans les aéroports (le Canada en a commandé 44 pour ses aéroports principaux). La toile s’enflamme et les blogues dénoncent déjà un proto-complot musulman pour aider les terroristes.

Personnellement, j’y vois un concours d’inanité. Lequel de ces groupes est le plus déjanté? Faut-il accepter le discours de ceux qui

  1. dénoncent les scanners comme une atteinte à la vie privée? En fait, les images grossières de notre corps générées par les scanners ne constitue tout simplement pas une atteinte sérieuse à la vie privée. Elles révèlent une part de notre intimité, sans doute, mais de là à y voir une réduction de notre droit à la vie privée, il y a une marge.
  2. dénoncent les scanners parce qu’ils produisent de la pornographie juvénile lorsque des enfants y sont soumis. Eh oui. On hésite à commenter. Difficile de décider si c’est une réaction primaire et stupide qui prend place dans le contexte de haute paranoïa face à la pédophilie, ou s’il s’agit d’une stratégie volontairement calculée dans le but de faire disparaître les scanners à l’aide de lois anti-pornographie.
  3. dénoncent les scanners parce qu’ils contreviennent à l’islam. De par le contexte de la génération et de la surveillance des images, ainsi que par leur qualité extrêmement rudimentaire, il est difficile de voir comment l’utilisation proposée des scanners pourrait effectivement constituer une contravention aux règles de pudeur de l’islam (ou de quelque autre religion, d’ailleurs). Évidemment, le truc principal de toute religion est de permettre interprétation et réinterprétation à volonté.
  4. souhaitent installer des scanners parce que le contexte du terrorisme contemporain les y oblige. En fait, c’est une position gouvernementale répandue, mais qui repose sur aucune donnée concrète. Au contraire, le fameux terroriste au caleçon explosif, point focal de toute cette histoire, n’aurait aucunement été inquiété par de tels dispositifs. Il s’agit de machines dont l’efficacité est, au mieux, douteuse. Si on y ajoute les coûts entraînés (250’000$ +installation +calibration et tests +formation des agents +heures travaillées ajoutées = impossible que les coûts totaux soient sous le million de $ par unité) il est difficile de voir comment l’acquisition de ces dispositifs procède d’une analyse rationnelle.
  5. acceptent que cette technologie est «nécessaire» pour les protéger contre le terrorisme et s’y soumettront volontiers, quels que soient les coûts (en termes d’impôts, de disparition d’autres services qui perdront leur budget au profit des scanners, en termes de taxes et surtaxes aéroportuaires ou liées au compagnies aériennes et en termes de temps gaspillé au processus de filtrage) et sans égard à leur efficacité dans la prévention du terrorisme, qui selon toute attente rationnelle, sera nulle.

Où sont les arguments rationnels, logiques? Le débat public sur cette question doit-il absolument se faire dans un concours de positions ridicules?

A propos S. Leman-Langlois

Titulaire, Chaire de recherche du Canada en surveillance et construction sociale du risque
Cet article, publié dans Renseignement, Surveillance, terrorisme, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s