Terroristes parmi nous…

J’apprenais hier matin que je suis un terroriste entraîné en Afghanistan. Ça doit être vrai, puisque c’est un membre des Talibans qui le dit et parce que tous les médias importants le rapportent….

L’article original, du Asia Times:

Well-placed Taliban sources say that a group of Canadian militants is receiving jihadi training in al-Qaeda camps in North Waziristan for terror attacks in Canada, whose troops are a part of the International Security Assistance Force in Afghanistan.

[…]Arif Wazir, a local militant of Darpakhel in North Waziristan told Asia Times Online, « In the first stage of their journey, the Canadians went to Afghanistan in February 2010; there were 12 of them. After nine months, al-Qaeda’s leaders decided to send them to North Waziristan and they reached Darpakhel in November last year.

[…]The sources gave the names of some of the Canadians undergoing training. These could not be independently verified and include: Jeam Paull (local name Sadiq Ullah), Leman Langlois (Sana Ullah), James Richard (Abdur Rehman), Otto Paul (Abu Usman), Thomas (Abdullah) and Paul Gall (Hafiz Ullah).

Bref, un militant local du Taliban rencontre un journaliste, lui donne son nom, ainsi que le nom de 12 Canadiens qui s’entraînent chez lui pour ensuite revenir au Canada  et faire sauter ceci et cela. Tout à fait crédible. C’est une histoire rocambolesque qu’aucune institution journalistique compétente n’accepterait comme vraie. Et pourtant! Mais là n’est pas le sujet de ce billet.

Il est difficile d’imaginer comment mon nom a pu se retrouver dans cette liste (il y a très peu de Leman au Canada, et un seul Leman-Langlois; googlez pour voir). L’autre nom que j’ai souligné, le mystérieux «Jeam Paull» est presque certainement mon ancien collègue Jean-Paul Brodeur, décédé en avril dernier. Nos deux noms, et en particulier le sien, sont liés de près au terrorisme… entre autres parce que nous avons publié un livre sur le sujet l’an dernier. Jean-Paul s’intéressait au terrorisme depuis octobre 1970. Moi depuis le 11 septembre 2001. Cela dit, je suis relativement certain qu’il n’a jamais visité l’Afghanistan ou le Pakistan. Et moi non plus.

Là où cette histoire devient intéressante, c’est au moment où on commence à se demander quelle est la fiabilité, en général, de ce genre de journalisme …qui devient souvent la source de grands discours et de politiques gouvernementales, d’équipes de renseignement, et de bien d’autres sortes d’activités. Dans la plupart des forums où le rapport a été repris, les commentateurs y vont de leurs montées de lait familières contre l’islam, contre les politiques trop molles du Canada en matière de terrorisme, etc. Peu se demandent s’il est possible que deux journalistes pakistanais et un journal chinois soient en mal de publicité au point d’inventer n’importe quoi. Ou, plus simple encore, qu’ils soient foncièrement incompétents.

La traînée de poudre à date. Notez que la plupart des reportages sont des copier-coller, ce qui est aussi de la plus grande tradition journalistique (seulement 2 journalistes m’ont contacté). Notez également l’ajout d’images variées, souvent insignifiantes (un poing tenant une arme), qui n’ont aucun lien réel avec les faits rapportés. Décidément, les médias d’information périclitent…

19 janvier: CNN!

Canoë

Winnipeg Free Press

CTV News

Globe and Mail

Calgary Herald

Cyberpresse

Montreal Gazette

National Post

Ottawa Citizen

Radio-Canada

Winnipeg Sun

Pakistan Observer

Times of India

Indian Express

Les médias et les blogues reprennent cette nouvelle à qui mieux mieux sans faire la moindre vérification (une exception!). C’est que l’histoire correspond à un nombre d’idées reçues et à l’image que nous nous faisons du terrorisme international. Elle correspond également à l’histoire utilisée par le gouvernement du Canada pour vendre sa «lutte au terrorisme» en Afghanistan, à coups de milliards et de vies humaines: sans notre intervention, les terroristes vont s’y regrouper pour mieux nous attaquer. Enfin, elle correspond aussi à l’histoire servie par les gouvernements afghan, pakistanais et bien d’autres: aidez-nous à réprimer le terrorisme, sinon vous en ferez les frais.

Éventuellement, je ne sais pas quand, il va falloir arrêter de paniquer avec le terrorisme. Demain ne sera pas trop tôt, mais je ne suis pas optimiste là-dessus. Quand de tels rapports cousus de fil blanc se retrouvent à la une  un peu partout, on en voit difficilement la fin. Pourtant, même si toute l’histoire était vraie et que 12 terroristes «canadiens pure laine» avaient décidé de s’attaquer à leurs concitoyens, ça ajouterait quoi à notre insécurité, statistiquement? Rien. Absolument rien. Les risques que nous soyons victimes d’une attaque terroriste resteraient mathématiquement insignifiants.

MISE À JOUR. La palme du journalisme revient à CBC NEWS – THE NATIONAL. Après un premier topo moins critique mais rationnel et posé, en partie dû à la présence d’un expert compétent, la journaliste Julie Van Dusen met finalement le doigt sur le bobo.

A propos S. Leman-Langlois

Titulaire, Chaire de recherche du Canada en surveillance et construction sociale du risque
Cet article, publié dans Canada, Renseignement, Sécurité, terrorisme, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Terroristes parmi nous…

  1. sauna rennes dit :

    Hello le blog !
    Félicitation pour le site Internet et vos articles, je vous souhaite une longue route et une bonne année 2011.

  2. Michael Keefer dit :

    Quelle histoire bizarre!
    Un des commentaires au blog de John Baglow (DrDawgsBlawg) signale que le nom James Richards fait penser à James Richard Cross (dont le nom figure dans au moins une de vos collaborations avec Jean-Paul Brodeur).
    J’ajouterais que les noms de guerre des supposés terroristes canadiens évoquent ceux des frères ainés d’Omar Khadr, Abdullah et Abdurahman, ainsi que de Hafizullah Amin, deuxième président de la République Démocratique d’Afghanistan, et d’Abu Usman Adil, dirigeant actuel du Mouvement Islamique d’Uzbekistan. Et « Otto Paul »? Était-il peut-être déjà expert dans la fabrication de bombes-au-sucre avant de voyager en Waziristan? (Je me souviens d’un Otto Paul Hermann Diels, prix Nobel en chimie organique dès 1950….)
    Avez-vous pu contacter les journalistes d’Asia Times? Je me demande s’ils seraient peut-être prets à partager avec vous quelques renseignements sur les ‘sources’ de leur article.

  3. S. Leman-Langlois dit :

    J’ai contacté M. Shahzad. Voici sa réponse:

    ——- Message réexpédié——-
    De: « Saleem Shahzad »
    À: « Stéphane Leman-Langlois »
    Objet: Re: Apparently, I’m a terrorist?
    Date: Sun, 16 Jan 2011 13:57:58 -0500

    Read the text again there is no mention of Stephane Leman mentioned in the story. Similarly no mention about Jean Paul.
    S

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s