Ordre des criminologues du Québec: où est la criminologie?

Des gens sans doute bien intentionnés, mais qui voient la criminologie à travers un trou laissé par une très fine aiguille, ont décidé de ce qu’était, et ce que faisait, un criminologue.

Évidemment, comme depuis toujours les criminologues eux-mêmes ne le savent pas trop, on ne peut pas vraiment le leur reprocher. La différence, par contre, c’est que les gens bien intentionnés ONT LE POUVOIR de sélectionner les bons des mauvais et de DÉTERMINER LEUR CARRIÈRE.

Là c’est moins drôle.

Voici ce que disent les documents officiels:

La loi 21 (concernant entre autres les activités professionnelles réservées) entrera en vigueur le 20  septembre 2012 et s’appliquera théoriquement à tout le territoire québécois; ceci peut importe que votre employeur soit un ministère fédéral, un organisme public ou parapublic provincial, un organisme communautaire, un bureau de pratique privée, etc.

Bref si vous croyez être un criminologue, mais surtout si votre description de poste inclue ce mot, ou si un jour vous pensez peut-être vous retrouver dans cette situation, c’est à vous qu’on parle.

Maintenant, qui êtes-vous? Eh bien voici:

Ce champ est ainsi défini : « Évaluer les facteurs criminogènes et le comportement délictueux de la personne ainsi que les effets d’un acte criminel sur la victime; déterminer un plan d’intervention, en assurer la mise en œuvre, soutenir et rétablir les capacités sociales de la personne contrevenante et de la victime dans le but de favoriser l’intégration dans la société de l’être humain en interaction avec son environnement; l’information, la promotion de la santé, la prévention du suicide, de la maladie, des accidents et des problèmes sociaux font également partie de l’exercice de la profession auprès des individus, des familles et des collectivités. »

Bref vous faites dans le micro, et vous soignez les gens. Vous faites la promotion de la santé, vous prévenez le suicide et la maladie. Vous évaluez les facteurs criminogènes et vous réintégrez les individus dans la société. Vous êtes une sorte de docteur du crime.

Pour y parvenir, voici les «actes» qu’on vous reconnaît:

  1. Évaluer une personne atteinte d’un trouble mental ou neuropsychologique attesté par un diagnostic ou par une évaluation effectuée par un professionnel habilité;
  2. Évaluer une personne dans le cadre d’une décision du Directeur de la protection de la jeunesse ou en application de la Loi sur la protection de la jeunesse;
  3. Évaluer un adolescent dans le cadre d’une décision du tribunal en application de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents;
  4. Décider de l’utilisation d’une mesure de contention dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris;
  5. Décider de l’utilisation des mesures d’isolement dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris

Vous dédoublez les évaluations faites par des psychologues et psychiatres, vous suivez des jeunes et des Cris, vous appliquez la loi sur les services de santé.

C’est peut-être moi, mais je ne vois pas où est la criminologie là-dedans. Je ne vois pas non plus comment les étudiants que nous formons vont s’y retrouver (bon, quelques uns y seront confortables, et c’est bien tant mieux pour eux).

Ça devrait s’appeler «ordre professionnels des criminologues qui travaillent avec des jeunes en difficulté et avec des Cris.»

A propos S. Leman-Langlois

Titulaire, Chaire de recherche du Canada en surveillance et construction sociale du risque
Cet article, publié dans criminologie, enseignement, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Ordre des criminologues du Québec: où est la criminologie?

  1. Émilie L.S. dit :

    En fait, il ne laisse pas de place à la recherche et aussi à la prévention et analyse du crime dans une plus grande perspective… Pour l’instant on dirait seulement une définition de travailleurs sociaux spécialisés en crime… C’est dommage.

  2. S. Leman-Langlois dit :

    Et encore: spécialisés dans la protection des mineurs, même pas dans le crime en général!

  3. Denis Lafortune dit :

    Euhm, tant qu’à se moquer, vaut mieux le faire correctement. Ce sera «l’ordre professionnels des criminologues qui travaillent avec de jeunes en difficulté et avec des Cris ET avec des personnes atteintes d’un trouble mental au sens large (ce qui inclut tous les troubles d’axe I et troubles de personnalité d’axe II), donc au moins 70% des personnes qui se retrouvent dans les prisons adultes».
    Et pourquoi cela ? Parce que la définition de la criminologie au sens de la Loi 21 ne prétend recouvrir ce qu’est la criminologie au sens large ou académique. Elle ne couvre que les pratiques criminologiques visant des populations «vulnérables dans certains cadres juridiques», auprès desquelles il est possible de causer des préjudices. On ne prétend pas déterminer qui est bon ou mauvais criminologues. On veut s’assurer que les criminologues qui pratiquent auprès de populations vulnérables sont préparés à le faire. Enfin, il est faux de dire que cela ne laisse pas de place à la prévention du crime, puisque la chose est nommée dans le champ.

    • Renée Brassard dit :

      Tout à fait d’accord avec Denis….détracteurs mal informés!!!!

      • S. Leman-Langlois dit :

        Néanmoins:
        1) l’avènement de l’ordre signifie clairement que seules les personnes étampées «ordre» auront le DROIT de se dire criminologues…
        2) Ces criminologues travaillent, SANS EXCEPTION, dans des milieux institutionnalisés où la «protection du public» par un ordre est redondante. Ils n’auront jamais « pignon sur rue » comme les psychologues, médecins, avocats, comptables, ingénieurs, etc.
        3) La définition des lettres patentes est une psychologisation à outrance de la discipline
        4) La plupart des « criminologues » (entre guillemets parce qu’ils n’ont pas droit au « TM ») n’ont aucunement besoin de faire partie de l’ordre parce que le titre de leur emploi et/ou leurs tâches ne correspondent pas à celle de l’ordre. On peut bien dire que 70% des personnes en prison ont des troubles mentaux (si on veut psychologiser, autant psychologiser au maximum — les dentistes disent bien que 90% des gens font de la gingivite…) mais ces personnes sont incarcérées dans des établissements qui n’emploient pas, à proprement (légalement) parler, de « criminologues »
        5) les ordres professionnels, même les plus anciens, sont généralement incapables de faire régner une discipline réelle parmi leurs membres. Leur pouvoir principal est vis-à-vis des universités, où ils tentent de prendre contrôle des programmes, empêchent l’innovation, imposent un corporatisme rigide et conçoivent l’université comme une fabrique de techniciens professionnels.

        À part ça, tout est au mieux dans le meilleur des mondes!

  4. Émilie L.S. dit :

    Je ne crois pas me moquer, loin de là, je pense juste qu’on oublie certains champs d’applications et certains sujets, tout simplement… Vraiment, il n’y avait aucune moquerie dans mon commentaire.

  5. S. Leman-Langlois dit :

    Moi par contre je me moque peut-être un peu… mais si peu! Après toutes ces années de gestation la montagne a vraiment accouché d’une souris, là!

  6. Audrey A. dit :

    Je trouve cela déplorable. Sous couvert de « protéger le public », cela va avoir un impact sur la profession de façon plus large en créant une catégorie de « vrai criminologues » qui travaillent dans un domaine bien spécifique et tous les autres (les faux criminologues) qui ne pourront toujours pas faire la promotion de leurs compétences. Faudra-t-il faire comme les ingénieurs et créer une multitude d’ordre selon la spécialité? C’est ridicule.
    J’ai émis une publication sur leur page Facebook afin de poser des questions et élever le débat et je me suis heurté à une belle censure…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s