Nouveau sondage des Canadiens sur le SCRS

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) vient de publier un nouveau sondage sur les perceptions qu’ont les Canadiens de la sécurité du Canada et des institutions qui sont censées la protéger. Il en ressort quelques faits intéressants:

  • En fait les Canadiens ne connaissent pas du tout le Service: les deux tiers ne peuvent pas le nommer à partir de sa fonction d' »enquêter sur la prolifération, l’espionnage et le terrorisme ». En donnant ensuite le nom du Service, le tiers affirme toujours n’en avoir jamais entendu parler.
  • Les Québécois sont tout particulièrement ignorants: seul un infime 13% sont au courant qu’une telle agence existe.
  • Dans une série de questions extrêmement biaisées les répondants affirment néanmoins par la suite que le SCRS est « très important » (70%) et qu’ils sont « confiants » ou « très confiants » envers le Service (84%). Ceci doit être très rassurant pour le SCRS puisqu’en général les apparitions médiatiques de l’organisation tendent surtout à être négatives (poursuite pour harcèlement et discrimination ethnique, sanctions judiciaires pour avoir outrepassé des mandats, etc, etc.).
  • Les sondés étaient ensuite informés de trois scénarios (le SCRS a empêché des terroristes d’immigrer au Canada; le SCRS a coopéré dans la prévention d’actes terroristes au Canada et le SCRS a attrapé des espions étrangers au Canada) pour voir si leur soutien augmente: sans surprise, c’est le cas: 95% des répondants rapportent ensuite soutenir davantage les activités du SCRS!
  • Néanmoins, le sondage se termine (bon, pas tout à fait, il y a ensuite une section qui explore le désir de travailler pour le Service) sur une note assez positive: 68% des répondants jugent que les Canadiens devraient en savoir plus sur les activités du Service. Bien sûr on se souvient que pour 63% des répondants le simple nom du SCRS était déjà un secret…

Dans une section étonnante on découvre que la plupart des répondants (44% vs 38) ne croient pas que les agences de police ou de renseignement devraient se voir attribuer davantage de pouvoirs, qu’ils font confiance au « gouvernement » pour trouver l’équilibre entre sécurité et liberté (57% vs 24%). Il est difficile d’imaginer comment les répondants ont compris cette distinction faite par les sondeurs entre « gouvernement » et « agences de renseignement et de police ». Mais la conclusion qui s’impose est que les répondants semblent satisfaits du satus quo et font largement confiance à leurs institutions. Même s’ils ne les connaissent pas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s